Evénement/Rio+20

SourceURL:file://localhost/Users/gaia/Downloads/navette%20%20email.doc

20/06 La déclaration de François Hollande : Une succession de voeux pieux

Vidéo

Nous étions tous curieux de savoir ce que venait dire ici François Hollande.

10h , première Conférence de presse sans surprise: la France misera sur le social, aidera la société civile dans sa mobilisation, défendra les financements innovants en s’engageant à les attribuer pour partie au développement. Peu d’engagements sur l’environnement.

17h30 intervention en pleinière. Qelques extraits :

“Les résultats?  il y a eu des avancées, une feuille de route pour les ODD, un renforcement du PNUE, un accord sur la préservation des océans, un débat s‘est engagé sur l’économie verte, un accent est mis sur le social” (….)

“Mais les résultants sont en dessous de nos responsabilités:

Nous n’avons pas d’agence spécialisée des NU sur  l’environnement , seule condition du multilatéralisme  et le siège doit être à Nairobi car l’Afrique doit avoir la confirmation de son rôle dans le monde. Les financements innovants n’ont pas trouvé de conclusion concrète, mais la France reste déterminée, avec ceux qui le voudront  de créer une taxe sur les transactions financiers (…)

La bataille de l’environnement, ou nous la gagnons ensemble ou nous la perdons ensemble, et nous ne devons  pas opposer le nord et le sud

Nous lutterons contre la crise avec la régulation”

Vidéo

19/06

Malgré une mobilisation importante, les océans attendront encore deux ans pour voir se profiler une convention et être réglée la question de la haute mer

voir la vidéo

http://www.chezremi.blogspot.com.br/

19/06 : 15h

Un des meilleurs compte rendu du sommet à cette heure :
Lire
Dont le texte final en intégralité (et en anglais) pour les courageux. L’environnement passe en dernière préoccupation de manière assez définitive sauf s’il rapporte…..(voir article 6 /du texte de 46 pages)

19/06 20h

« Éléments d’analyse de l’Iddri le 19/06 (avant arrivée des chefs d’état /texte mis sur la table). 

Pour Lucien Chabason, conseiller à la direction, « l’Accord très en deçà de ce qu’on peut attendre d’un sommet de cette ampleur. Les résultats sont dérisoires. » Laurence Tubiana, directrice de l’Iddri, souligne « qu’il manquait de leadership dans la conduite de la négociation ». 
L’accord ne propose aucune décision effective et ne fait que lancer des processus.

Pour Laurence Tubiana, « Il n’y a pas d’avancée au regard de Rio 92 et il est évident que le texte du sommet de la terre ne pourrait pas être négocié aujourd’hui. » Elle estime que « ce qui frappe c’est que les pays ne voient pas l’intérêt de coopérer, ils y voient un coût, pas un bénéfice». « En fait c’est un processus de négociation par le vide, par la disparition successive des sujets qui fâchent. »

Pour Lucien Chabason, le plus décevant est qu’’ aucune impulsion n’est été donnée sur la haute mer. »

Pour Tancrède Voituriez, directeur du programme gouvernance, « le seul point d’accroche concret a été la définition et la négociation des ODD ». Laurence Tubiana, qui a animé un des dialogue et a participé au panel sur le développement durable pour combattre la crise économique et financière, estime qu’« il ne faut pas sous-estimer cette avancée. La négociation a défini un mécanisme et un calendrier précis et court. La discussion va porter dans chaque pays sur la définition de ces objectifs universels. » 
Elle souligne cependant que « comme à Durban, les pays en développent acceptent de s’intégrer dans une discussion globale sur les modèles de développement. » 

Tancrède Voituriez estime que « l’Europe a perdu la bataille conceptuelle sur l’économie verte et a fédéré- jusqu’à la dernière minute- les oppositions contre elle. Elle est devenue l’ennemi». Laurence Tubiana estime que « les Etats-Unis et le Canada ont tiré vers le bas les ambitions. » 

Concernant les dialogues thématiques, Tancrède Voituriez trouve que ce sont « des expériences très prometteuses de démocratie directe, de dialogues en réseau et des enquêtes sur les préférences des populations qui ont été conduites à Rio+20 ». Pour Laurence Tubiana, « elles montrent combien les opportunités sont grandes et les risques politiques faibles de s’engager pour un changement de modèle de développement.C’est le plus précieux acquis de Rio+20. »

Bien à vous 
Benoît Martimort-Asso

18/06

Les objectifs du développement durable,

Nous l’avions écrit dans Options Futurs n°12 : 
La déclaration finale prendra en compte la proposition colombienne et guatémaltèque: les objectifs du développement durable seront intégrés à la déclaration finale ( évitant ainsi débats et conflits autour de l’économie verte et permettant d’avancer sur les principes de 1992 confortés, amendés avec une feuille de route…)
 Ces objectifs du DD sont au nombre de cinq, mais ils ont été bien vidés de leur dimension environnementale au cours du sommet : http://www.iisd.ca/vol27/enb2707f.html

Un des résultats de la Conférence sera donc l’accord sur les principaux sujets qui seront traités par les ODD, en prenant comme base : (a) la dimension sociale et économique et (b) la gestion et la permanence des ressources pour le développement (i.e. Section I et II de l’Agenda 21). Les sujets devront être ceux qui éveillent un grand intérêt politique comme par 
exemple :

–              Sécurité alimentaire,

–              Accès à l’énergie, y compris les sources renouvelables,

–              Océans, y compris la pêche

–              Établissements humains soutenables (villes)

–              Gestion intégrale de l’eau
Cette idée reste centrale, même si la proposition d’en débattre est refusée par la Chine au sein du G77 argumentant : « vous ne pouvez discuter d’objectifs si vous n’avez défini l’économie verte »
Mais de nombreux pays pensent que les ODD pourraient remplacer en 2015 les ODM que seul, pour l’instant, le Brésil a pu tenir. 
Déjà la question de la sécurité alimentaire les place au cœur du débat. Renforcée par la déclaration du G20
 L’eau est refusée comme bien commun universel
.

L’extension de la convention de la mer à la haute mer a été retoquée. 
Ils seront actés à la déclaration finale, un stearing comitte composé de trente personnalités, selon la proposition de l’Allemagne, aura pour mission de les formaliser avant fin 2014. Compte rendu de la Réunion préparatoire régionale de la Conférence des Nations Unies sur le développement
 www.iisd.ca

Institut international du développement durable (IIDD), Bulletin des Négociations de la Terre (BNT), Développement durable, Conférence des Nations Unies sur le développement durable (CNUDD), Compte-Rendu de la Réunion préparatoire régionale de la CNUDD pour l’Amérique latine et les Caraïbes (ALC), 7…

Lundi 17/06 15h :

En choisissant de mettre à la discussion un texte « consolidé » (dont ont été éliminés les points de blocage), les brésiliens comptent ainsi accélérer la négociation et obtenir coûte que coûte des résultats.

Le débat sur le principe de responsabilité commune ne passe pas:les pays en développement veulent conserver le texte de 92 «responsabilités communes mais différenciées», qui donne moins de devoirs aux pays en développement qu’aux autres, et qu’ils veulent conserver. Les Occidentaux la considèrent comme dépassée, dans la mesure où «certains pays ayant les plus grosses économies et étant les plus gros consommateurs de ressources sont dans le groupe des pays en développement», comme l’a souligné Todd Stern, envoyé spécial américain pour le changement climatique, lors d’une conférence de presse téléphonique.

Dimanche 16/06 arrivée

En direct de Rio+20

L’ambiance ici est un peu molle. Même le déploiement militaire incroyable de 92 a disparu. Sans doute les politiques ne sont ils plus aussi prestigieux, et seront moins nombreux. L’absence de Barack Obama n’est pas vraiment remplacée par la présence de François Hollande. Les enjeux environnementaux disparaissent derrière les objectifs économiques, la Chine fait de la surenchère hésitant à savoir où elle se place : pays en développement avec 18% de sa population à sortir de l’extrême pauvreté, ou pays en passe de devenir une grande puissance et dans ce cas obligée de participer à la solidarité internationale…

Bref, tout est un peu flou, d’autant que Antonio Cariotta, ministre des affaires étrangères brésilien a repris la main sur la conférence après une dernière nuit de négociations sans résultat, Un tiers seulement des propositions a fait l’objet d’un consensus et les négociations ministérielles se poursuivront jusqu’au sommet officiel des chefs d’État et de gouvernement du 20 au 22 juin… Dans une grande déclaration à 15h heures heure locale devant une salle bondée. Il a cerné les thèmes prioritaires : océans, alimentation, énergie…Mais l’économie verte avait disparu des priorités alors qu’elle reste inscrite dans le draft . comment comprendre la chose : le Brésil est très réticent à cette notion qui risque « de rajouter des pauvres aux pauvres’ . Avec la Chine le groupe des 77 refuse de travailler sur ce thème tant que les moyens pour y parvenir ne sont pas donnés. + vidéo UN : http://webtv.un

Revue de Presse Gaïa

NEWS de Juin 2011 à Avril 2012,  la lettre « Options Futurs »

Les sites d’information de références :

Les sites de travail :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s